Recherche

Cinderella Roads

Sur notre passage, la route prenait des couleurs improbables. Le ciel tout en présage, murmurait un souffle fantomatique. J'aimais percer ces étranglements Californien. Je retrouvais presque, en cette humeur, les vallées d'un désir Shakespearien.

Catégorie

A sa manière et pas sans

Parole de Femme

Les femmes ne devraient pas s’excuser d’assumer leur féminité, leur sensualité ou encore leur sexualité. Elles devraient refuser les règles stupides que nous prône la société. Celles qu’on nous imposent et qu’on s’impose à soi-même. Il ne faut pas être trop grosse, ni trop maigre. Ne pas avoir la peau trop claire, ni trop foncée. Il ne faut pas être trop fade ni trop maquillée. Il ne faut pas être trop sexy ni trop ennuyeuse. Ne pas être trop détachée ni trop amoureuse. Ne pas être trop délurée, ni trop coincée, ne pas être trop bête, ni trop intelligente. Ni trop rude ni trop attendrissante.

En d’autres termes, il faut être soi-même mais tu as plutôt intérêt à être dans la norme !

Lire la suite

Bonheur bonheur… et mal de cœur !

Dans la vie le prince charmant se tire avec la mauvaise fille, toi, il t’a juste tirée ! Les supers héros se font à jamais désirer. Quant aux supers garçons, ils n’ont rien de magique…

« Arrêtons comme des folles de s’envoyer en l’air sans même garder les pieds sur terre ! »

Pourquoi les femmes aiment tant les chaussures ? Parce qu’elles comblent leur complexe de Cendrillon, bien sûr ! A force d’en avoir et de les oublier chez leur coup d’un soir, elles espèrent qu’en trainant pieds nus sur les trottoirs, un carrosse s’arrêtera rien que pour elles. Mais ce qu’il faut savoir c’est que Cendrillon n’est pas réelle. Cendrillon n’était qu’une garce en robe de soir, rodant sur les trottoirs, sans carrosse ni futur. Rien que quelques voitures. De vielles bagnoles s’arrêtant à sa hauteur qui lui bouffaient morceaux après morceaux le cœur.

« On nous promène le cœur de vie en vie, si bien que ça fini par faire mal, et qu’à défaut d’une envie de jouir, on à envie de vomir ! »

Lire la suite

État gris pâle

-Le 6 novembre 2013 –

 

-Tu me donne l’impression d’être une personne. Une vraie personne. Pas cette fille paumée, cette fille sans résonnance et effacée.

 

Cher Vous,

Différente des autres.

Je parle de la missive, évidemment ! Rien de plus qu’une dérive en sentiment… C’est peut être dû à ces deux longs jours de grippe. Dû à ce va et vient entre mon lit et la fenêtre, et bien sûr toutes les questions qui vont avec. Dû aux mouchoirs et au sirop pour la toux, au trop pleins de musiques, séries et livres d’amour pour passer le temps, à la fièvre qui me glace et m’embrase instantanément. Peut être dû, aussi, à toute ces pensées qui trottent, courent et galopent dans mon foutu corps en vrac et inanimé.

Lire la suite

Un deux trois… dans tes bras, quatre cinq six… entre tes…

« Si le prince de Cendrillon avait pu, il se serait bien tapé toutes les filles du pays, avant de la mettre elle aussi dans son lit… »

Changer de partenaire comme de chemise, aller voir ailleurs comme partir en vacances, jouer les prolongations au premier rendez-vous, un peu comme un match de foot où le but est décisif, butiner et papillonner lorsque le printemps arrive et que les temps se font festifs…

Toutes ses pratiques semblent bien propres à l’homme.

Lire la suite

Il était plusieurs fois… une fille (presque) charmante

[…] C’est alors qu’une terrible illumination perça le destin brume des falaises alentours. Et là… pendent que les larmes remontaient mon corps, j’entendis la côte hurler à la mort. Je sentis le rivage se déchirer. Un souffle crachin venant des forêts. Me sortant de mes rêveries je l’entendis me crier : « QU’ATTENDS-TU DE LA VIE ? ». […]

Ce blog raconte la route, le souffle, les battements de coeur, les gouffres, les secrets, les humeurs… Ce blog est l’histoire d’une fille presque charmante. Une femme amoureuse. Une femme amoureuse du monde.

Ce blog c’est Cendrillon des Routes, c’est Elle, c’est moi et c’est peut être Vous.

Article mis en avant

Pour un Oui pour un Con et bien loin de Cendrillon !

« Une vie folle et à la fois bien rangée… » Soit : prendre c’est CLICS sans prendre de CLAQUES ou : comment avancer dans ce monde occidentale

Dans un pays fort fort lointain, où songes, éclats, écarts d’âmes et chagrins se disputaient les souffles d’un destin, une Princesse des temps modernes, une Lysistrata contemporaine, une Cendrillon rêvant de chaussures et de garçons, une fille un peu paumée dans une société en désillusion, avançait tant bien que mal dans ce monde occidental.

En tant que femme, nous rêvons toutes d’une vie folle et à la fois bien rangée, une vie qui comprendrait un boulot intéressant et passionnant, des amies sur qui on peut compter n’importe quand, un joli et confortable appartement, l’homme parfait ni trop collant ni trop distant, et bien sûr des échappées belles et des sourires en bordel… mais le problème c’est que bien souvent, tout fout l’camp !

« Esclaves et captifs de notre propre désarroi ? »

Lire la suite

Promenons nous dans les bois, pendant que les loups sont là…

« On nous éduque et on nous remplit l’esprit de tout un tas de jolies saloperies. Robes qui tournent, socquettes, palmiers sur la tête… »

Il était une nouvelle fois… dans un pays pas si loin que ça, un là bas, à quelques pas, une princesse du nom de Joie, qui d’un grand et sauvage loup s’enticha. Quoi de plus merveilleux ?  Un nouveau conte, une nouvelle histoire à démêler… et surtout encore de nouvelles questions à poser.

On nous éduque et on nous remplit l’esprit de tout un tas de jolies saloperies. Robes qui tournent, socquettes, palmiers sur la tête… Et si un garçon se moque de nous c’est parce qu’il nous aime bien, bien entendu ! « Qui aime bien châtie bien. » c’est connu !

En effet, il y a quelque temps déjà que je me suis mise à réfléchir sur les relations qui unissent les hommes et les femmes. Quelque temps et pourtant… je ne saisis toujours pas ce qui cloche entre ces deux là. Ce qui ne tourne pas rond et ce qui nous pose tous les jours question.

Lire la suite

Croire ou ne pas croire ? Là est la question !

A toutes les princesses. Les guerrière. Les femmes du monde, en couples ou célibataires.

A Elles.

 

 

« Il était une fois…

Et ils vécurent heureux.

Jusqu’à la fin des temps… »

Cher Vous,

En 1950 Cendrillon sortait dans les salles, les petites filles du monde entier attendaient tout les soirs la bonne fée et rêvaient de trouver chaussures à leur pied. Neuf ans plus tard, elles sommeillaient d’espoir en pensant à La Belle au bois dormant. L’année de ma naissance j’ai rencontré La Petite Sirène et je rêvais que les humains étaient des hommes bien. Un an après, je découvrais La Belle et la Bête et devant une telle histoire je gardais tout mes espoirs de fillette.

« Est-ce normal d’être persuadé, que l’amour est inextinguiblement lié à la douleur? »

Lire la suite

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑