Du 16 au 25 Janvier, suite à une résidence de création, la compagnie Extime a donné au Centre Dramatique National  d’Orléans “Woyzeck (Je n’arrive pas à pleurer)”. Durant deux semaines, Jean Pierre Baro et son équipe ont livré avec émotion une belle histoire ponctuée d’inlassables souffles surprenants. Ils sont conduits par des perforations pertinentes, essentielles et intimes. On les retrouvera à Paris, théâtre “Le Monfort”, du 19 au 26 mars.

 

C’est après le succès de “’Ivanov (ce qui reste dans ma vie)” que Jean Pierre Baro, jeune comédien, metteur en scène formé à l’ERAC (Ecole Régionale des Acteurs de Cannes), revient, avec une partie de l’équipe précédente, errer et troubler les décors ordinaires d’un théâtre tranquille avec un travail profond et sensible.

WOYZECK - JE N ARRIVE PAS A PLEURER -

Un père ouvrier spécialisé chez Dasssault

“Woyzeck (Je n’arrive pas à pleurer)” est l’association de deux œuvres distinctes. La première est une tragédie ouvrière de Büchner. Quant à la seconde, l’inspiration et les racines de ce texte proviennent du metteur en scène lui-même qui s’est inspiré de son propre vécu et de l’expérience de son père, travailleur immigré, d’abord militaire, puis ouvrier spécialisé chez Dassault. Questionnant la mécanique des pleurs, «je n’ai jamais vu mon père pleurer et aujourd’hui je m’interroge sur cette absence de larme» confie-t-il.

A travers l’enlacement et la confrontation d’un récit personnel et de la littérature, Jean Pierre Baro nous livre avec émotion une belle histoire ponctuée d’inlassables souffles surprenants, conduits eux-mêmes par des perforations pertinentes, essentielles et intimes. Ici, cette fiction est abordée de manière intelligente, et c’est tout en justesse que l’association des deux œuvres s’embrasse pour n’en former qu’une seule et atteindre le spectateur.

Danse en émotion

C’est au cœur des entrailles d’un plateau dépouillé que la mise en scène tantôt simple et efficace, tantôt surprenante et emportée, nous offre des comédiens investis, tant dans la parole que dans les corps. En effet, c’est avec  finesse, tout comme le réel oscille avec la fiction, que les acteurs s’abandonnent à cette danse en émotion. Elle vacille entre la voix et le mouvement, laisse le corps et la parole se chercher, s’attendre, s’atteindre et se trouver.

Le tout est agrémenté de remarquables intuitions personnelles venant “cadencer” le travail de scène : «Jean Pierre nous a fait partir de nous-mêmes,  de nous en tant que personne et non  en tant que comédien ou comédienne. Il nous a fait nous interroger sur notre propre histoire » livre le comédien danseur Simon Bellouard. C’est ainsi , en retraçant l’histoire de chacun et l’imaginaire de tous,  que le travail a commencé. Telle une course de relais et avec une grande perspicacité, l’esthétique engendrée mobilise  chaque sens du spectateur.

 Au regard de cette oeuvre, on ne pourrait que citer Georg Büchner :

«Si je dois contribuer à notre époque, c’est par la force, la violence, le combat».

 

Ana Elle

WOYZECK – JE N ARRIVE PAS A PLEURER – De Georg BUCHNER –
Adaptation et mise en scene de Jean Pierre BARO
Decor : Magali MURBACH et Jean Pierre BARO – Lumiere : Bruno BRINAS
Costumes : Magali MURBACH et Jean Pierre BARO – Avec : Adama DIOP – Philippe NOEL –
Lieu : CDN Orleans – Ville : Orleans – Le 15 01 2013 – Photo : Christophe RAYNAUD DE LAGE


Woyzeck (Je n’arrive pas à pleurer), par la compagne Extime,  du 19 au 26 mars, théâtre «Le Monfort», Paris.

Réservations: 01.56.08.33.88 du mardi au samedi de 14 heures à 18 h 30. www.lemonfort.fr

 

 

 

Publicités