Recherche

Cinderella Roads

Sur notre passage, la route prenait des couleurs improbables. Le ciel tout en présage, murmurait un souffle fantomatique. J'aimais percer ces étranglements Californien. Je retrouvais presque, en cette humeur, les vallées d'un désir Shakespearien.

Mois

août 2016

Fantasme en Rouge et Noir

A cet été des plus douloureux.
A cet inconnu de l’aéroport.
A toi, celui qui n’est pas – Julien – Sorel.
… Et à ce qui ne sera jamais Nous.

 

Cher Vous,

Ça aurait sans doute été une très belle histoire. Je veux dire, dans une autre vie. A un autre moment.
Peut être même il y a un an.

… Je me réveille brutalement …

La chaleur coagule dans mon appartement. Une chanson mélancolique erre dans la pièce. La lune presque pleine
éclaire l’obscurité qui stagne chez moi.

Et voilà… assise seule dans mon lit, j’avais la sensation de me réveiller vers cette histoire. Mais un an trop tard.

Je laisse retomber mon corps, lourd et disgracieusement contre le matelas. Il fait un bruit sourd. J’ai l’impression qu’il se broie sous mon propre poids. Je ferme les yeux par interstices. Il fait très chaud. Je reste immobile un moment, le regard rivé sur les persiennes qui laissent transpercer des touches de lumière qui lèchent ma peau nue.

Quelle heure est-il ?
Je ne sais pas s’il fait jour ou nuit.

Lire la suite

La rage au ventre

 

« Ceux qui n’ont rien vécu n’ont pas droit au confort du jugement. »

Des gens très bien, Alexandre Jardin.

 

 

Elle attendait.

Les mots.

Ces mots. Sortant de bouches qu’elle ne connaissait pas.

Elle savait pertinemment que ces mots allaient lui arracher des morceaux de son cœur, venir creuser en profondeur et laisser une cicatrice. Mais elle attendait. Parce que maintenant il n’y avait plus rien d’autre à faire. La main sur le ventre, le cœur dans la gorge, les yeux fatigués et gonflés d’avoir trop peu dormi et trop pleurer.

 

Depuis combien de temps attendait-elle ?

 

C’est alors qu’elle se demanda s’il lui resterait assez de morceaux pour respirer. Continuer. Vivre. Le cœur pouvait se gonfler et se rétrécir chez certaines personnes, mais pour les personnes comme elle, qui avait déjà perdu, petit à petit, une bonne partie de cette anatomie, en resterait-il encore assez ?

Est-ce que cet organe savait se régénérer ?

Ou, dorénavant, resterait-elle coincée, sans force, sans véritable force pour de nouveau recommencer à aimer ? A s’aimer.

 

« Mademoiselle ? »

 

Elle releva brusquement le visage. Frappée par une beauté austère qui dégageait une impression de force et d’angoisse silencieuses.

Elle allait souffrir. Terriblement souffrir. Elle allait vouloir que les choses soient différentes. Ses pensées semblaient être liquides et brûlantes. Cramant son cerveau et ses possibilités de réflexions logiques.

Dans les épreuves que nous impose la vie, pour espérer y survivre, certaines personnes prient. A ce moment-là, sa prière à elle c’était ça : Va-Te-Faire-Foutre.

 VaFoutreVaTeFaireFoutreVaTeFaireFoutre VaTeFaireFoutreVaTeFaireFoutre !

 

« Veuillez me suivre s’il vous plait. »

 

Lire la suite

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑