Recherche

Cinderella Roads

Sur notre passage, la route prenait des couleurs improbables. Le ciel tout en présage, murmurait un souffle fantomatique. J'aimais percer ces étranglements Californien. Je retrouvais presque, en cette humeur, les vallées d'un désir Shakespearien.

Mois

août 2015

Entre ciel et terre

– Le 22 avril 2013 –

 

Cher Vous,

Quelque part, loin, il y a New York… la fourmilière géante, la NewYork hurlante, brûlante, la New York avec son humeur démente, et doucement, perçant les anciennes aurores matinales et stellaires, je commence la traversée d’est en ouest, là, enfermée dans ce monstre d’acier qui pénètre et franchit les airs.

Lire la suite

Comme sur un fil…

– Le 21 avril 2013 –

 

« Shoes tossing » aussi appelé le « Shoefitis »

Cher Vous,

 

Le rite.

La pratique régulière de marque sacrée ou symbolique demeure en chacun de nous. Des petits bouts de rien qui forment des « touts ». Des petits liens entre les civilisations enclavées et étiquetées.

Electrisé par des décharges de foi. Attisé par des adages intimes et sans loi. Nous sommes tous comme ça. Un, deux,  trois… Si je saute sur la troisième marche, je mets ma jupe verte. Si je la loupe,  je garde mon jean… Quatre, cinq, six… Si l’homme au coin de la rue se retourne,  je n’irai pas travailler aujourd’hui. S’il continue sa marche,  je fais mon devoir de citoyenne…  Sept, huit, neuf… Si le feu passe au vert avant que la voiture ne s’arrête,  je ne fume pas. Si elle s’arrête,  je sors mon paquet.

Lire la suite

Soft like a gun

– Le 19 avril 2013 –

-Brooklyn-

Cher Vous,

En dérive…

Les yeux étaient bleus, très bleus, très clairs.

Il me regardait avec en lui cette immensité et cette profondeur des fronts de mer.

J’étais là figée, heurtée par la secousse du regard de ses yeux délavés. Un bleu jean usé. Coincée et prise au piège entre le mur et ses pupilles –comme une douce arme pointée sur le cœur de la jeune fille- je restais là, glacée, frissonnante devant ce garçon sans nom couvert de cambouis. Lire la suite

Un deux trois… dans tes bras, quatre cinq six… entre tes…

« Si le prince de Cendrillon avait pu, il se serait bien tapé toutes les filles du pays, avant de la mettre elle aussi dans son lit… »

Changer de partenaire comme de chemise, aller voir ailleurs comme partir en vacances, jouer les prolongations au premier rendez-vous, un peu comme un match de foot où le but est décisif, butiner et papillonner lorsque le printemps arrive et que les temps se font festifs…

Toutes ses pratiques semblent bien propres à l’homme.

Lire la suite

Route de nuit…

– Le 15 avril 2013 –

Ce texte est dédié à Julien.

Cher Vous,

Le hurlement des moteurs d’avions bruissent dans l’aéroport. L’aube vieillit petit à petit et le soleil engloutit la nuit. Il va sans doute faire beau aujourd’hui…

Je crois qu’il n’y a pas un endroit au monde où il peut exister autant d’histoire à raconter.

Lire la suite

La ténébreuse…

– Le 19 avril 2013 –

Cher Vous,

Les verrières, les places, les fontaines, les rues, les avenues, les arrières cours, les escaliers de secours, les façades, les histoires de trottoirs, les visages… familiers et étrangers, les amours de passages, les messages, les bruits de klaxon, les taxis, les uniformes, les sirènes, les bousculades, les politesses, les bouches d’égouts qui fument, les buildings de briques et de verres, les rencontres éphémères, les langues et les langages, les adages, les groupes, les individus, les errances, les chagrins, les éclats…

J’aime tant être là.

Lire la suite

Endless ?

– Le 2 avril 2013 –

Cher Vous,

 

La route est longue.

Et dans douze jours elle changerai du tout au tout.

Le printemps commençait à avaler lentement l’hiver. Où qu’on aille, il y avait cette brutale et étrange lumière. Qu’il eut du soleil où pas. Il y avait cet éclat. Il remplissait les souffles et les regards, et les bouches et les corps. Il y avait cette furieuse lumière partout dans les décors. Des décombres de hasard revenant petit à petit à la vie. Peut être que la lumière sortait des gens. Peut être… mais j’aurais trouvé cela surprenant.

Dans douze jours nous serions partis.

Lire la suite

Il était plusieurs fois… une fille (presque) charmante

[…] C’est alors qu’une terrible illumination perça le destin brume des falaises alentours. Et là… pendent que les larmes remontaient mon corps, j’entendis la côte hurler à la mort. Je sentis le rivage se déchirer. Un souffle crachin venant des forêts. Me sortant de mes rêveries je l’entendis me crier : « QU’ATTENDS-TU DE LA VIE ? ». […]

Ce blog raconte la route, le souffle, les battements de coeur, les gouffres, les secrets, les humeurs… Ce blog est l’histoire d’une fille presque charmante. Une femme amoureuse. Une femme amoureuse du monde.

Ce blog c’est Cendrillon des Routes, c’est Elle, c’est moi et c’est peut être Vous.

Article mis en avant

SH-8058 / PA-4323

– Le 7 août 2013 –

A Pierre,

Et à la magie de cet été là. Puisse-t-elle demeurer dans chaque existence.

Cher vous,

Je remonte les rues pavées de la ville. Il est six heures. Le jour tente désespérément de se lever. L’obscurité.  Il semble vouloir essayer de la tuer. Encore au dessus de moi. Juste là. Je les vois. Je les regarde longtemps. Comme planant, volant, dérivant, se dévorant l’un l’autre. J’ai mal au cœur. Je crois. Peut être que j’ai froid. Je ne sais plus où je vais… Où je vais ? Je rentre chez moi. Je crois que je rentre chez moi. Je ne sais pas.

Lire la suite

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑